Lutinerie

21 janvier 2006

L'oeuf ou la poule ?

Trouvé sur http://pages.infinit.net/pclou200/1994enc.htm

Voici une question qui intrigue tout le monde et qu'on retrouve, bien sûr, chez les opposants, mais aussi chez tous ceux qui se questionnent au sujet de l'Évolution. Je l'ai même vue dans un article sur Stephen Hawking, le célèbre physicien. Qu'un scientifique d'un tel calibre se pose cette question nous montre à quel point la réflexion publique sur l'Évolution est peu avancée et ce, malgré le fait qu'on en parle tant. Le moins qu'on puisse dire, c'est que l'Évolution est un sujet difficile.

Ma réponse à cette question est tellement simple que beaucoup vont en être déçus. Qui est venu en premier, la poule ou l'oeuf ? C'est l'oeuf, bien entendu ! Après tout, comment voulez-vous avoir une poule sans qu'il y ait eu d'abord un oeuf ? Cela ne serait possible que dans un contexte créationniste. Mais, vous allez me dire : c'est la même chose, comment avoir un oeuf sans poule ?

Il y a mille façons. La nature ne cesse d'imaginer de nouveaux moyens de fabriquer des oeufs. La plus simple est la réplication. C'est-à-dire qu'une cellule ─ et un oeuf est une cellule ─ se dédouble en recueillant dans le milieu environnant, atome par atome, le matériel nécessaire à faire une copie parfaite d'elle-même.

L'oeuf peut très bien se reproduire sans poule, c'est-à-dire sans enveloppe protectrice, simplement en se laissant flotter dans un milieu liquide, attirant au passage, par simple réaction chimique, les atomes dont il a besoin pour faire une copie de lui-même. Mais, arrive un jour où le milieu devient saturé d'oeufs et où la matière première vient à manquer. Les oeufs en formation continueront à flotter au hasard, attendant la rencontre improbable de matériaux disponibles. Ils sont comme des maisons en construction momentanément abandonnées faute de matériaux.

Cependant, certains oeufs plus chanceux se découvriront la possibilité de pouvoir capter directement sur leurs voisins l'atome qu'ils recherchent. Parfois cet atome se détachera et alors l'oeuf plus chanceux l'aura « volé » à l'autre, qui voit alors sa survie compromise. C'est comme si un entrepreneur décidait de terminer une maison avec des briques prises sur les autres.

Mais il se peut, aussi, que l'oeuf plus chanceux capte un atome et du même coup, tout l'oeuf qui était jusque-là propriétaire de cet atome. On a ici une association de deux oeufs qui aboutira à la survie d'au moins un des deux. Et il n'y a pas de raison que l'association s'arrête à deux. Progressivement, l'oeuf plus chanceux, c'est-à-dire celui qui possède cette capacité de s'entourer des cadavres de ses voisins en manque de matériaux, attirera d'autres atomes qui viendront avec leur ancienne structure former une véritable membrane autour de lui.

Pendant le processus de dédoublement, la cellule est très vulnérable. Si bien que celle qui réussit à s'entourer d'une enveloppe protectrice accroît ses chances de rendre la réplication à terme et donc de donner naissance à une nouvelle cellule. Cette nouvelle elle-même devrait aussi posséder cette caractéristique de pouvoir s'approprier de force les matériaux nécessaires à sa réplication. Peu à peu, ces oeufs plus chanceux deviendront plus nombreux, jusqu'à prendre toute la place et à susciter une nouvelle compétition, encore plus féroce, pour la recherche des matériaux ─ c'est-à-dire la nourriture ─ et qui devrait aboutir à une nouvelle phase d'évolution.

Cette enveloppe protectrice devient donc un objet d'évolution. De simple membrane qu'elle était au départ, elle deviendra carapace. Puis, elle se dotera de membres pour pouvoir se déplacer, puis d'yeux pour pouvoir se diriger, puis le trou par où entre la matière extérieure nécessaire à la réplication se transformera en bouche avec des dents, puis un estomac où s'effectue la digestion, suivi d'un tube par où sont rejetées les matières inutiles.

La première poule fut probablement ce genre de membrane formée de restants d'oeufs voisins moins chanceux au jeu de la survie. Aujourd'hui, toutes les formes de vie, de la plante à l'éléphant, en passant par la poule et l'humain, sont l'équivalent de telles membranes qui permettent à l'oeuf, ou à la graine qui leur a donné naissance, de se répliquer.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Référencé par Blogtrafic NORD-59-Sites-ET-Blogs Annuaire-Site-And-Blog-Avesno! is Annuaire-Hard-Link- a href="http://www.annuaire-blogs.net" target="_blank" >Blog / Annuaire de Blog www.centmilleblogs.com