Lutinerie

05 mai 2006

Citation Zébulon


la plasticité psychique permet une ouverture possible de notre imaginaire qui s'entrecroise alors au travers d'une réalité gigogne
(Et sûrement pleins d'autres choses encore...)

10 Comments:

At 06 mai, 2006 22:07, Anonymous Romuald said...

"La plasticité grenouille est une réalité cigogne"

 
At 10 mai, 2006 16:56, Anonymous Leonaile said...

La plasticité creu-nouille est une réalité gigogne.
(tu vois j'ai retenu le mot :)

Le moustique est la sous poupée russe de la grenouille ; la grenouille, celle de la cigogne.

La plasticité psychique est la maléabilité de l'esprit ? c'est ça ? Je te rappelle la discution qu'on avait eu sur ce sujet : Plasticité en science de la matière signifie, étonnement, le caractère irréversible d'un état. Exemple : Je tords une barre de fer, impossible de la remettre parfaitement droite (elle gardera toujours les séquelles de cette transformation). On dira que l'effort appliqué à la barre aura dépassé la limite élastique (caractère intrinsèque au matériaux, antonyme de plastique) et aura fait entrer la barre en état plastique.

 
At 10 mai, 2006 19:11, Blogger zebulon said...

C'est marrant tout ça, parce que il paraît que "gigogne" une déformation de "cigogne", oiseau connu pour son amour maternel.

Romuald, puis-je mettre le dessin que tu m'as envoyé sur la grenouille et la cigogne ?

Dame Gigogne était un personnage du théâtre des marionnettes qui parut en 1602 aux Halles dans la troupe des Enfants sans souci; elle était représentée sous les traits d'une femme géante avec des jupes de laquelle sortait une multitude d'enfants.
Après "gigogne" a prit son sens d'une composition de plusieurs éléments de forme analogue et de taille décroissante pouvant s'emboîter les uns dans les autres, comme par exemple les poupées russes.

Sinon, intéressant. On pourrait créeer le concept d'élasticité psychique. Même quand on étire ses formes, la structure revient toujours à l'identique. Ca pourrait être en rapport avec le complexe de répétition.
Ca pose la question du remaniement psychique et du débat en psycho avec ceux qui croit en une structure psychique immuable (souvent les adeptes de Lacan) .

 
At 11 mai, 2006 14:40, Anonymous Madame la fée (egassem lanimilbus) said...

Bien sûr Zébulon, ce serait un honneur pour moi que de figurer sur blog !

Quant au complexe de répétition... Le serpent ou le Phoenix n'en sont-ils pas atteints ? Ils recommencent un peu toujours la même chose ^^

 
At 11 mai, 2006 14:47, Blogger zebulon said...

Je pense qu'il est possible de créer du nouveau à partir de l'ancien.
Merci pour ton dessin, je le met en illustration.

 
At 11 mai, 2006 15:01, Anonymous garulfo said...

merci !

 
At 12 mai, 2006 14:14, Anonymous Leonaile said...

Le phoenix renaît de ses cendres. Il est UN PEU la même chose. Il renaît, il ne redevient pas lui-même. Le complexe de répétition ne serait-ce pas la base de toute folie ? (Même si je ne sais pas ce que c'est que le complexe de répétition :) Lorsqu'on entre dans une boucle infinie (comme dirait Mathieu) on ne peut plus en sortir par définition... Je prends ici pour définition de folie le fait de ne plus pouvoir sortir d'un schéma de penser incompréhensible par les autres. ma question revient à (d'après ma définition de "complexe de répétition" (mot que je ne connais pas, et donc que je me permets de définir de manière très présomptueuse)) : La notion d'enfermement s'instaure-t-elle toujours par la répétition ?

 
At 13 mai, 2006 12:16, Anonymous Anjalbert de Gonfalon said...

Le phoenix, c'est aussi sa propre réincarnation; il ne redeviendra pas lui-même à la condition de progresser, sinon, il aura fait un tour pour rien, comme le serpent.

Quant à l'enfermement et la répétition.. je me suis demandé si l'arrêt, dans notre propre progression, n'était pas une autre cause d'enfermement.
Et j'ai bouclé à l'infini sur l'arrêt, à la fois cause et conséquence d'une fermeture...

Alors, bonnes gens, avant que je ne segfaulte, dites-moi si vous voyez une autre cause !

Anjalbert

 
At 13 mai, 2006 17:03, Blogger zebulon said...

J'aime bien ta définition du complexe de répétition Leonaile :)

Sinon, j'aime bien l'image d'être pris dans un cercle vicieux. En miroir, il existerait donc peut-être un cercle vertueux, qui ne serait pas fermer à la progression, dans lequel chaque tour apporterait des éléments nouveaux en s'enrichissant de l'ancien ?
Peut-être le Yin et le Yang :) qui symbolise l'unité au delà de la dualité.
Parce qu'en effet, cela va à l'inverse du complexe de répétition qui est du coté de la déliaison psychique.

Il faut souvent faire des retours sur soi pour pouvoir progresser, et cela n'exclue pas des régressions.
Reculer pour mieux sauter... Je pense qu'il est impossible de progresser tout le temps, et que des stagnations, ou des régressions peuvent être inscrites dans un processus de progression, sans pour autant que la personne s'en aperçoive.

Comme dit Anjalbert, en utilisant ce jolie terme de « segfaulte », on peut toujours essayer d'accéder à une partie de notre mémoire centrale, mais pour ne pas planter, il faut avoir conscience que ce n'est qu'une tentative, et qu'on y arrivera jamais. Et surtout, c'est dans l'échange, et donc avec l'aide des autres - qu'il faut pouvoir accepter - que l'enrichissement se fait, que du nouveau arrive, que les choses se débloquent...

La toute puissance de vouloir tout comprendre (seul en plus), peut être destructrice, car elle est souvent reliée avec des ruminations qui finissent par devenir insupportables. Cela empêche de profiter de l'instant présent qui file et à la fois se respire comme un doux parfum d'éternité... mais dans le complexe de répétition, le temps est comme figé.

Je pense que c'est en lien avec notre appréhension de la temporalité, donc de la mort, et d'une quête de la place à avoir dans la société, une tentative de compréhension de l'absurdité de l'existence...


Et s'il n'y avait pas de réponse, et qu'il suffisait simplement de vivre, dans une alternance entre se ressentir et se réfléchir.

 
At 13 mai, 2006 20:23, Anonymous Blë blë ! said...

Zebulon a énoncé les propos suivants :
Et surtout, c'est dans l'échange, et donc avec l'aide des autres que l'enrichissement se fait, que du nouveau arrive, que les choses se débloquent...


Ainsi l'échange ne sera jamais un frein.
Vivons donc, ressentons-nous et réfléchissons-nous, ne perdons pas notre âme comme Faust, à vouloir trouver une réponse qui nous trouvera toute seule.
Goûtons ce parfum d'éternité, et ma foi, si le temps se fige, c'est peut-être pour nous permettre d'en saisir toute la saveur...

 

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Référencé par Blogtrafic NORD-59-Sites-ET-Blogs Annuaire-Site-And-Blog-Avesno! is Annuaire-Hard-Link- a href="http://www.annuaire-blogs.net" target="_blank" >Blog / Annuaire de Blog www.centmilleblogs.com