Lutinerie

20 septembre 2006

La course de canoé

Chapitre I - La course de canoë (vous pouvez cliquer sur le titre pour accéder au power point, aller à la page 43 en bas, c'est le début agrémenter d'image :)

Une société française et une autre japonaise décidèrent de se défier chaque année lors d'une course de canoë, avec un équipage de huit hommes. Les deux équipes s'entraînèrent dur, et quand arriva le jour de la course chaque équipe était au meilleur de sa forme. Pourtant les Japonais vainquirent avec une avance de plus d'un kilomètre.

Après la défaite, le moral de l'équipe fraçaise était au plus bas. Le Top Management décida qu'il faudrait gagner l'année prochaine, et mit sur pied un groupe d'étude pour examiner la question. Le groupe d'étude découvrit, après de nombreuses analyses, que les Japonais avaient sept rameurs et un capitaine. L'équipe française par contre n'avait qu'un rameur, mais sept capitaines.

Face à cette situation de crise, le Management fit preuve d'une grande sagesse : il engagea immédiatement une société de conseil pour analyser la structure de l'équipe française. Après de longs mois d'un dur labeur, les consultants arrivèrent à la conclusion que, dans l'équipe française, il y avait trop de capitaines et pas assez de rameurs. Sur la base de leur rapport, il fut donc décidé de changer immédiatement la structure de l'équipe.
Il y aurait donc désormais :
quatre commandants,
deux superviseurs,
un chef des superviseurs,
un rameur.
En outre, on introduisit toute une série de mesures pour motiver le rameur : "Nous devons améliorer son cadre de travail et lui donner davantage de responsabilité". L'année suivante, les japonais vainquirent avec une avance de deux kilomètres.

La société française licencia immédiatement le rameur, à cause des mauvais résultats obtenus dans son travail.
Cependant, elle paya un bonus aux commandants en récompense de la forte motivation dont l'équipe avait fait preuve. La société de conseil prépara une nouvelle analyse, dans laquelle il était démontré que l'on avait choisi la bonne tactique, que la motivation était bonne, mais que le matériel utilisé devait être amélioré.

Actuellement, la société française est en train de réfléchir à un nouveau modèle de canoë.

Chapitre II - Des Airs d'Indifférence
Pour sa nouvelle analyse, la société de conseil a décidé de faire appel à un expert japonais. Lors d'une séance de travail on consacra un 1/4h pour l'exposé du japonais qui est venu de si loin. Le japonais commença à parler, mais personne ne comprenait rien. Le japonais disait des sons incompréhensibles d'une musicalité étrange. On pensa que c'était dû à la fatigue du japonais, au décalage horaire après un long voyage.

Mais le lendemain ce fut la même chose. Le japonais monologuait et personne ne comprenait. Dans le groupe de travail, certains s'ennuyèrent, d'autres dormirent, d'autres jouaient avec leurs portables ou discutaient du repas de midi... Plus personne n'écouta plus le japonais. On n'invita plus le japonais pour les réunions de travail et on le renvoya à son pays.

Par hasard, un membre du groupe était quelque peu curieux et fut intrigué par la prestation du japonais. Alors il chercha à comprendre un peu plus. Il a su qu'en fait, le japonais s'exprimait en ... japonais !
Il fit traduire le texte de la première intervention du japonais qui disait ceci :
"Bonjour, Le succès de l'équipe japonaise tient en deux secrets : la technologie du canoë et la motivation de l'équipage. Commençons par la motivation de l'équipage, elle tire son essence du mot "sayonara". Pour bien comprendre cette essence on a besoin de comprendre le sens de la philosophie et de la dialectique japonaise.
Pour cela je vais vous expliquer le japonais, et je vais vous l'expliquer en japonais, car je refuse de vous prendre pour des idiots, en effet chacun peut comprendre le japonais et vous pouvez comprendre le japonais.

Au départ nous aurons besoin d'un outil qui s'appelle "l'écriture", mais nous étudierons en premier la science du kanji. D'ici cinq ans, si tout va bien, vous maîtriserez la langue japonaise. Ensuite, pour bien pénétrer dans l'essence du mot "sayonara", nous aurons besoin de retracer l'évolution de l'esprit "samouraï".
Comme mon 1/4h d'intervention se termine, je conclus avec ceci : nous aurons d'autres occasions pour élargir notre débat à la technologie du canoë. Avec un peu de chance vous aurez l'occasion de tout comprendre avant votre mort, mais si vous laissez tomber toutes vos préoccupations pour vous occuper de ce sujet à plein temps, toute l'affaire pourra être bouclée en dix ans au maximum.
A bientôt."

Notre curieux français étant étonné par ce discours, il décida d'écrire au japonais :
-"Pourquoi avez vous fait cette intervention en japonais ? Pourquoi ne pas avoir expliqué aux français en anglais ou en français, d'une façon qu'ils peuvent comprendre ?"
-Le japonais lui répondit : "Entre démagogie et pédagogie où est la frontière ? Je suis japonais et je reste japonais. Si j'ai pu toucher votre curiosité à vous, c'est déjà gagné"
Le français : "Mais ce n'était pas le but ?"
Le japonais : "Quel est le but ?"

0 Comments:

Enregistrer un commentaire

Links to this post:

Créer un lien

<< Home

Référencé par Blogtrafic NORD-59-Sites-ET-Blogs Annuaire-Site-And-Blog-Avesno! is Annuaire-Hard-Link- a href="http://www.annuaire-blogs.net" target="_blank" >Blog / Annuaire de Blog www.centmilleblogs.com